On fait quoi en sexothérapie ?

Dernière mise à jour : 11 nov. 2021


En sexothérapie, lorsque l’individu est en couple, il est toujours appréciable que les deux partenaires participent à la thérapie. On peut alors observer la contribution des facteurs relationnels dans l’apparition et la persistance du problème sexuel.


Si les problèmes relationnels du couple ne sont pas directement en cause, ils peuvent quand même nuire à la réussite de la thérapie.


La sexothérapie implique une responsabilité mutuelle. La difficulté que traverse l’un des partenaires n’est pas que son problème, mais concerne bien les deux membres du couple. Il est donc à éviter tout blâme envers le partenaire qui éprouve des difficultés.


En sexothérapie, l’éducation et l’information sont des éléments importants afin de comprendre ce qui se passe et réduire l’anxiété à l’égard du trouble qu’on ne comprend pas forcément.


La restructuration positive est une technique permettant de modifier vos croyances aliénantes. Afin d’améliorer vos relations sexuelles, il est important de modifier vos attentes, vos attitudes et vos scénarios sexuels préétablis. Les individus ont généralement des attentes irréalistes, des croyances erronées, des attitudes négatives qui forment des barrières à la progression thérapeutique. On vous amène à changer vos croyances et pensées négatives contribuant à engendrer votre trouble sexuel et à le perpétuer.


La pornographie a contribué au développement de l’anxiété de performance par exemple. Nombreux couples consultent car leur premier objectif est d’avoir une érection forte et un orgasme exceptionnel plutôt que de partager du plaisir à deux. En sexothérapie, nous vous amenons à créer une nouvelle intimité et à profiter pleinement du moment au présent, au lieu de vous observer en train d’accomplir une performance, un record !


Il sera également nécessaire d’aborder les facteurs interpersonnels (comme la colère, une mauvaise communication, un problème de confiance en soi…) afin d’apporter les correctifs appropriés.

 

Exemple du trouble du désir sexuel


Les troubles du désir sexuel peuvent être long à traiter car ils sont multifactoriels et sont tous particuliers, en fonction des individus.


Lorsque l’individu vient en thérapie de couple, ce trouble peut être travaillé au niveau relationnel. La sexualité est une part importante dans la vie de couple, nous travaillerons donc sur l’amélioration de la qualité relationnelle du couple et sur le développement d’une vision plus réaliste de la sexualité. Il n’est pas question ici d’augmenter la fréquence des rapports !


Les partenaires doivent se parler, parler de leurs sentiments, de leurs sensations, approfondir réellement leur intimité.


Ils apprennent à affronter leurs peurs de la sexualité et à devenir plus à l’aise dans ces situations d’intimité.


474 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout